La créatrice japonaise Seiran Tsuno prône une mode “paranormale”

17.05.2019

©Sho Makishima

Du haut de ses 28 ans, la jeune créatrice Seiran Tsuno possède une vision peu ordinaire de la mode ; elle en a fait sa marque de fabrique. Le vêtement est un “moyen de communiquer avec un monde invisible“, dit-elle dans une interview. Ancienne infirmière dans un hôpital psychiatrique, la designer a entrepris des études de mode en 2016, à la Fashion School Coconogacco, à Tokyo. Rapidement, elle a développé son propre vocabulaire, en créant des pièces pour “rendre hommage aux personnes qui croient en l’existence d’un monde invisible“, explique-t-elle.

Rapidement, le fantastique devient le moteur de ses créations plus loufoques les unes que les autres. Chez Seiran Tsuno, les robes s’apparentent à des dessins de science-fiction, qui captivent tant par leurs couleurs fluorescentes que par leurs finitions extrêmement travaillées. Et pour cause, la créatrice conçoit ses pièces à l’aide de stylos et d’imprimantes 3D.

Pour sa dernière collection, Seiran Tsuno a voulu “capturer les esprits japonais“. Contrairement au vêtement type, ses créations ne s’enfilent pas par la tête mais elles viennent se juxtaposer sur le corps. Sa campagne publicitaire déroute aussi, avec comme égérie, sa grand-mère, qui s’est cassée les jambes juste avant le shooting.

Dernièrement, la jeune femme a été finaliste lors du “ITS Platform Contest“, le concours italien qui récompense les jeunes talents dans le secteur mode. Si la jeune femme a encore du chemin à parcourir avant de devenir un grand nom, nul doute que son avenir sera unique.

©Jun Yasui

©Toki

©Toki