Oui oui, SOU · SOU fait la mode de Tokyo

05.07.2018

© SOU · SOU

Une chose d’abord : SOU · SOU ne se prononce pas soussou, mais sohsoh. Le nom viendrait de la tendance toute japonaise à encourager son interlocuteur en ponctuant chacune de ses interventions de sou sou, oui oui. Interjection garantissant la fluidité de la conversation, syllabe doublée essentielle aux relations humaines : SOU · SOU propose donc du nécessaire… nippon.

La maison fondée en 2002 par Katsuji Wakisaka, Hisanobu Tsujimura et Takeshi Wakabayashi s’affirme comme pourvoyeuse de la nouvelle culture kyotoïte. Les motifs enfantins et colorés, emblématiques de la marque, sont imaginés à Kyoto, en hommage à la beauté des saisons. SOU · SOU fabrique et commercialise des chaussures tabi (à deux doigts, comme celles des ninjas), des kimonos, des meubles et même des friandises (wagashi) inspirées de son univers graphique.

Le succès est mondial et depuis 2008, le label SOU · SOU le coq sportif permet à l’enseigne de se projeter dans le streetwear franco-nippon. Depuis Kyoto, SOU · SOU décline une esthétique japonaise moderne et dynamique et nous rappelle la vitalité de l’ancienne capitale japonaise.

© SOU · SOU

© SOU · SOU

© SOU · SOU

© SOU · SOU

© SOU · SOU