Nakamura Shido, acteur punk du kabuki

05.01.2020

TexteClémence Leleu

Fils aîné de Nakamura Shidô I et petit-fils de Nakamura Tokizô III, deux stars du kabuki, Nakamura Shidô II marche sur les pas de ses illustres prédécesseurs. Il impose son style, résolument contemporain, sans pour autant renier l’essence de ce théâtre traditionnel japonais très codifié. 

Âgé de 46 ans en cette année 2019, il monte pour la première fois sur les planches il y a tout juste 40 ans, pour tenter de maîtriser les subtilités de ce théâtre mêlant jeu, chant et danse. C’est en jouant un rôle de servante qu’il se fait remarquer pour la première fois. Mais, plutôt que de satisfaire les désirs de sa famille qui le verrait bien marcher dans les pas de son grand-père – connu pour ses interprétations d’onnagata, ces personnages féminins endossés par des hommes – il choisit de se spécialiser dans les personnages masculins. Une première entorse à la tradition qui veut que les acteurs de kabuki, formant des troupes familiales, perpétuent la spécialité de la maison, transmise de père en fils. 

En grandissant, ma taille et ma corpulence m’ont destiné aux rôles d’hommes,” explique-t-il. “Enfant, on apprend la danse traditionnelle et les rôles féminins. Si on sait interpréter des personnages de femmes, cela apporte une sensualité à la façon d’aborder les héros masculins”, précise l’acteur dans une interview au quotidien français Le Monde

Cinéma et kabuki

©Creative Room MK

Les débuts de la star restent toutefois fragiles, et alors que les rôles de premier plan en kabuki se font rares, le jeune homme participe à de nombreuses auditions pour des films et drames modernes, loin du traditionnel théâtre nippon. 

C’est peu avant ses trente ans que Nakamura Shidô II commence à se faire connaître en tant qu’acteur de cinéma, sans pour autant délaisser le kabuki. Les rôles affluant, l’acteur met sa notoriété au service de cet art, afin de le faire connaître à un public plus large.

Car s’il souffre d’une image un peu surannée, le kabuki opère de nombreux changements depuis quelques années. Ainsi, en 2016, Nakamura Shidô II a joué dans Hanakurabe Senbonzakura, aux côtés de la chanteuse virtuelle humanoïde Hatsune Miku ou encore dans l’adaptation d’Une nuit de tempête, un livre pour enfants. 

Moderniser le kabuki

©Shochiku

Le kabuki est populaire, rock, punk, et n’a pas attendu l’Occident pour le devenir. Il est normal aujourd’hui qu’il se retrouve à la télé, dans la mode… tout en conservant la beauté de la tradition japonaise”, déclare l’acteur au journal Le Monde. 

Le nouvel objectif de Nakamura Shido II ? Pousser le kabuki hors des murs des salles de théâtre classique japonais, dans des lieux plus alternatifs. L’acteur s’est donc produit en mai 2019, pour la pièce Onna Goroshi Abura no Jigoku, dans un entrepôt situé sur les bords du canal Keihin dans le quartier tokyoïte de Shinagawa, ou encore dans un club de musique live à Kabukicho, dans le quartier de Shinjuku. 

Des lieux qui tranchent avec le classicisme des salles de théâtre mais qui ne sont pas sans rappeler les débuts du kabuki, où les troupes se produisaient sur des scènes de fortune, en plein air. Une manière sans doute pour Nakamura Shido II de moderniser le kabuki, sans rompre avec les plus anciennes traditions.