L’île Awaji, le berceau de l’encens japonais

29.12.2019

TexteSolenn Cordroc'h

Située dans la mer intérieure de Seto, l’île Awaji a vu naître la tradition de l’encens et continue de préserver cet art ancestral.

Ile natale des senteurs japonaises, Awaji est le principal producteur d’encens japonais en fournissant 70% du marché. Si l’île est le berceau historique de la production c’est grâce à son climat et ses vents d’Ouest, garantissant un séchage optimal de la précieuse résine, et grâce à son histoire. En effet, le bois odorant aurait été découvert au VIème siècle sur l’île-même. Au début du règne de l’impératrice Suiko en l’an 595, un morceau de bois de “jimi”, à savoir le bois d’agar, s’échoue sur une plage de l’île. Lorsqu’il est consumé, le bois révèle sa senteur enivrante qui surprend plus d’un habitant. Ces derniers décident alors d’offrir, en guise de don, le bois à l’impératrice. Depuis, un petit sanctuaire shinto dédié au bois parfumé se niche sur une colline de l’île et une fois l’an, en juillet, les habitants de Awaji célèbrent l’encens au cours d’un rite.

Nommée le kodo, la cérémonie de l’encens, très codifiée et raffinée, a pour but d’élever l’esprit et d’atteindre une sérénité spirituelle grâce aux senteurs de l’encens brûlé. Également utilisé pour ses vertus purificatrices, l’encens fait partie intégrante des cérémonies bouddhistes et shintoïstes. Les samouraïs eux-mêmes l’utilisaient pour parfumer leur armure et s’octroyer un courage et une invincibilité avant chaque combat.

Depuis le développement de la fabrication de l’encens sur l’île en 1850, les “koh-shi”, signifiant littéralement “ceux qui maîtrisent les arômes”, demeurent les héritiers de la légende de l’encens de Awaji et perpétuent une tradition artisanale millénaire. Ces maîtres des encens maîtrisent à la perfection la totalité des opérations de fabrication des encens, du dosage à la finition et honorent ainsi un savoir-faire immuable. L’appelation des “koh-shi” est d’ailleurs soumise à des normes rigoureuses, de surcroît chaque encens se doit d’être entièrement façonné sur l’île même de Awaji, garantissant sa qualité irréprochable.

A titre d’exemple, la société HAKO, fondée en 1893, continue de perfectionner l’art de l’encens. Son papier d’encens en forme de feuille brûle avec précaution et dégage un arôme subtil qui dure jusqu’à trois mois. Élégantes et modernes, ces feuilles de papier aux senteurs de citron, bois d’agar ou encore cannelle sont fabriquées à la main, une par une, par le maître Kunjundo et son équipe de fidèles “koh-shi”, pour que jamais la tradition ne s’éteigne sur l’île de Awaji.