Le vide malgré le plein dans les photographies de Roberto Badin

27.02.2019

WordsRebecca Zissmann

Roberto Badin parvient à créer l’illusion du vide et du calme dans les lieux les plus fréquentés du Japon. Sous son regard, des espaces incongrus, comme le bloc opératoire d’un hôpital, prennent vie. Le photographe brésilien met l’accent sur les lignes et la géométrie de l’environnement, qui devient le sujet principal de ses clichés à forte inspiration architecturale.

« Je n’essaie pas de montrer quelque chose de précis mais de sentir l’endroit que je photographie. Je suis plus dirigé par l’émotion que par la raison », nous confie le photographe.

Les rares personnages de ses photographies sont capturés avec distance et présents uniquement pour rappeler l’échelle, comme le policier qui fait sa ronde au pied d’un imposant mur orange courbé.

Roberto Badin transmet sa vision du Japon qu’il admire, tel une « planète lointaine » depuis son enfance au Brésil dans les années 1970. Il effectue sa première visite dans l’archipel en 2016 avant de revenir en 2018 sur commande de l’éditeur indépendant Benjamin Blanck. Ensemble, ils décident de rassembler les clichés du photographe dans un premier livre intitulé Inside Japan qui est traduit en japonais.

« Je ne voulais pas aller là-bas comme un voleur d’images qui revient ensuite les montrer en Occident », affirme Roberto Badin. En attendant une exposition espérée au Japon, ses photographies aux couleurs parfois pétillantes sont à découvrir jusqu’au 12 mars à l’Hôtel Jules et Jim à Paris.

©Roberto Badin

©Roberto Badin

©Roberto Badin

Hôtel Jules et Jim

11, rue des gravilliers – 75003 PARIS

Jusqu'au 12 mars 2019

www.hoteljulesetjim.com/en/#13