Rachel Marks, l’espoir dans l’Esohpromatèm

Après la catastrophe de Fukushima, l'artiste s'est engagée dans une réflexion autour de l'impact de l'homme sur l'environnement, en voyant dans l'art une source d'espoir et le moteur de collaborations.

30.11.2020

TexteJessica Saxby

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

Lorsque l’artiste Rachel Marks a été invitée par l’organisation ChangeNOW à produire une œuvre pour une exposition au Grand Palais en 2020, celle-ci a entamé une profonde réflexion sur l’impact de l’humanité sur le monde. L’installation Esohpromatèm, créée par l’artiste américaine basée à Paris aspire à associer l’esprit de communauté, les nouveaux horizons et les motifs d’espoirs inspirés par les conséquences de la catastrophe de Fukushima.

Diplômée d’une Bachelor of Fine Art en 2010 en dessin et peinture à l’Oklahoma State University et d’un Master of Fine Art en 2013 à l’École Supérieure d’Art et Design de Grenoble, Rachel Marks a commencé à s’intéresser aux événements de Fukushima à l’occasion des recherches liées à son installation Esohpromatèm. Créée à partir de livres et papiers recycles, l’œuvre se veut une allégorie de la terre.

« Fukushima a été l’une des pires catastrophes environnementales, j’ai commencé à étudier ses répercussions sur notre planète, et c’est alors que j’ai découvert le pouvoir des tournesols, qui sont plantés pour aider à nettoyer l’environnement des pollutions toxiques » explique l’artiste dans une interview à Pen. « Même si les fleurs sont souvent transformées par les radiations, elles envoient un message d’espoir, montrant la force de la nature à se remettre des dégâts que nous lui infligeons. »

Le changement par l’art

Il était important pour l’artiste que l’œuvre possède une dimension interactive. « Je vois mon travail comme une grande collaboration entre la nature et l’humanité : entre le papier qui provient de diverses forêts, les auteurs qui ont écrit les mots imprimés sur les pages, les différentes personnes qui possédaient les livres… C’est l’une des raisons pour lesquelles l’idée de communauté est si importante dans mon travail. » Cette dimension se reflète également dans le rôle central des participants dans l’installation, les visiteurs étaient ainsi invités à entrer à l’intérieur de l’arbre, au centre de l’espace, et à écrire une promesse faite à la terre. Ces messages ont ensuite été pliés dans des cocons en origami et ont pu embellir l’œuvre.

« Je ne pense pas pouvoir changer le monde seule » poursuit l’artiste, « cependant j’espère que mon travail peut à la fois éduquer et toucher les personnes qui y participent. J’espère créer un dialogue constructif sur la beauté de la nature et sur notre relation personnelle et collective en son sein. »

 

Esohpromatèm (2020) est une installation de Rachel Marks. Vous pouvez en découvrir davantage sur son site.

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine

‘Esohpromatèm’, Rachel Marks 2020. Photo François-Xavier Watine