Sōgetsu, futur de l’ikebana ?

01.07.2018

© Minh Häusler

L’art prône le vide et ne laisse à priori aucune place aux progrès techniques. De quoi se demander si l’ikebana n’est pas, de fait, un peu fané. L’arrangement floral, que certains font remonter au XVIe siècle, est pourtant bien vivace.

En témoigne le dynamisme de Sōgetsu, l’école tokyoïte fondée en 1927 par Sōfu Teshigahara. Depuis plus de 90 ans, le maître et sa descendance s’efforcent d’épousseter et de laisser croitre ce savoir-faire traditionnel. Tout récemment, les créations de la photographe diplômée et ancienne élève des Teshigahara, Minh Häusler nous ont ouvert de nouveaux horizons. Le formalisme semble s’estomper derrière une plaisante mélancolie, celle qui grandit l’âge venant.

Alors, le futur de l’ikebana réside-t-il dans des mises en scène a-florales ? Dans le dé-rangement ? Le trans-végétalisme ? Réponses du 31 mai au 5 juin prochain, puisque Sōgetsu présentera Les fleurs et leurs vases dans le grand magasin Takashimaya de Shinjuku. L’occasion de mieux comprendre un art qui s’affirme dans la fleur de l’âge.

© Minh Häusler

© Minh Häusler

© Minh Häusler

© Minh Häusler

© Minh Häusler

© Minh Häusler